The Best bookmaker bet365 Bonus

Дървен материал от www.emsien3.com

  • info med
  • randonnee
  • La médecine générale à l'ère de l'informatique et d'Internet
  • Randonnée dans les montagnes de Kabylie avec l'association Amejjay

VOEUX 2017

le .

L'assoication AMEJJAY souhaite à tous les confrères adhérents, sympathisants ou autres sur le territoire de la wilaya de Tizi-ouzou mais aussi des autres wilayas les meilleurs voeux pour la nouvelle année.

MEILLEURS VOEUX 2017 POUR VOUS ET POUR CEUX QUI VOUS SONT CHERS. QUE LA SANTE, LA SERENITE ET LA REUSSITE PROFESSIONNELLE VOUS ACCOMPAGNENT TOUT AU LONG DE CETTE NOUVELLE ANNEE.

Contribution du Dr Boudarène

le .

La contribution du Dr Mahmoud Boudarène sur le journal Liberté du 29/11/2016 est à lire en suivant le lien ci-dessous. Il faut dire que le projet de loi sanitaire qui sera soumise au vote au parlement comporte visiblement déjà des contradictions flagrantes de l'avis de ceux qui y ont eu accès et donc pu la lire.

Notamment dans ses articles 174 et 369 (alinéas 2), le deuxième contre-disant le premier, qui font la distinction entre médecins du secteur public et les libéraux. Serait-ce une manière de diviser la corporation ? Nonobstant le fait que le conseil de l'ordre déjà tant décrié se trouve vidé de sa substance et de son autorité.

Souhaitons que les élus qui seront appelés à voter cette nouvelle loi sauront se pencher sur ces articles (et d'autres encores ?) qui prêtent à confusion. La corporation déjà effritée n'a pas besoin d'être scindée ni morcelée.

Au moment où nous déployons de gros efforts pour "recoller les morceaux" !

 

http://www.liberte-algerie.com/contribution/le-nouveau-texte-de-la-loi-relative-a-la-sante-dejuge-le-decret-executif-92-276-portant-code-de-deontologie-medicale-259443

CONDOLEANCES

le .

Le Pr Kichou, cardiologue chef de service au CHU Nedir Mohamed de Tizi-Ouzou vient hélas de perdre sa maman. La veillée funèbre se déroulera Vendredi 12 Août 2016 au domicile familial sis à la coopérative Thala, quartier la Tour de la Nouvelle ville. L'enterrement est prévu pour le lendemain Samedi 13/08/2016 à 13 heures au cimetière de M'douha.

Adh fellas yaafou Rabbi.

L'association AMEJJAY des médecins généralistes libéraux de la wilaya de Tizi-Ouzou s'associe au deuil de notre ami le Pr Kichou et de sa famille et lui présente ses sincères condoléances.

A Dieu nous appartenons, lui nous retrournons.

CONDOLEANCES

le .

L'association AMEJJAY des médecins généralistes libéraux de la wilaya de Tizi-Ouzou, présente ses condoléances les plus attristées à nos amis et confrères dans les moments difficiles qu'ils traversent suite au décès de leur fille.

C'est une terrible épreuve qu'est la disparition d'un être cher, encore plus son enfant à la fleur de l'âge. Nous partageons leur deuil et souhaitons que Dieu tout puissant leur donne le courage et la force de surmonter ces dures moments. 

 

décès

Adh fellas ya3fou Rabbi.

A Dieu nous appartenons, à lui nous retournons.

APPEL A COMMUNICATION

le .

En prévision de sa huitième journée de FMC prévue le Vendredi 05 Mai 2017, l'Association AMEJJAY invite les confrères intéressés, tous secteurs et tous rangs confondus, à soumettre leurs abstracts avant le 31 Décembre 2016 à l'adresse mail du site : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . En espérant voir participer nos confrères généralistes. En effet, il est souhaitable que les médecins généralistes viennent communiquer et faire part de leur préoccupations et leur pratique au quotidien.

D'aucuns nous disent qu'on voudrait nous voir nous impliquer un peu plus dans le volet pédagogique de nos journées. Et pour cause !

A lire sur Liberté et Le Soir d'Algérie

le .

Voici un bel article des journalistes de Liberté du 08/05/2016 et du Soir d'Algérie du 09/05/2016 présents à la journée d'Amejjay de Vendredi 06 Mai dernier. A lire et à relire. Plus que jamais nous devons lancer le débat sur l'avenir sombre du cabinet de médecin généraliste, sur la quasi inexistence de la notion de médecin traitant, de médecin référent ou encore de médecin de famille, sur la désorganisation de l'offre et du parcours de soins du malade.

http://www.liberte-algerie.com/actualite/les-medecins-generalistes-tirent-la-sonnette-dalarme-sur-leur-avenir-247188 

JOURNÉE DE FORMATION ORGANISÉE PAR L’ASSOCIATION “AMEJJAY”

Les médecins généralistes tirent la sonnette d’alarme sur leur avenir

 
© D.R.
 
 

Les médecins généralistes libéraux se font de plus en plus rares et leur fonction risque même de disparaître dans les années à venir. Le constat a été établi par le président de l’association Amejjay, le Dr Assam, à l’occasion des 7es journées de formation continue au profit des médecins libéraux organisées, hier, à l’hémicycle Rabah Aïssat  de l’APW de Tizi Ouzou. “Faute d’élaboration et de mise en œuvre d’une réelle politique de conventionnement, la carte et le parcours de l’offre de soins demeureront déséquilibrés, et c’est le rôle de la médecine généraliste qui risque de porter un coup dur”, a estimé le Dr Assam qui cite en exemple la carte de soins dans la ville de Tizi Ouzou pour illustrer la gravité de la situation. “La ville de Tizi Ouzou compte 150 spécialistes pour seulement une dizaine de médecins généralistes”, a-t-il révélé, tout en soulignant que dans le cas d’une carte de soin équilibrée, la situation devrait plutôt être inversée comme cela est le cas dans les pays développés comme la France. Pour le Dr Assam, cette situation ne profite à personne, ni au patient, ni au spécialiste, ni encore à l’État. “Les soins sont répartis en deux catégories : les soins primaires et les soins secondaires, et faute de politique de conventionnement, le patient prend souvent le chemin inverse en consultant directement le spécialiste, et fréquemment pour des soins primaires”, a constaté l’orateur qui explique qu’en réalité, “les deux paliers de soins doivent être complémentaires comme cela se produit sous d’autres cieux où les consultations spécialisées sont soit orientées par le généraliste, et c’est là que la notion du médecin de famille prend tout son sens, soit elles ne sont pas remboursées lorsqu’elles ne sont pas effectuées sur demande du généraliste”. Dans la situation actuelle, souligne le même médecin, l’État continue à perdre beaucoup d’argent tant que de nombreux patients continuent à consulter plusieurs médecins spécialistes à la fois avant de détecter leurs maladies. “Le parcours n’étant pas respecté, le spécialistes se retrouvent débordés, la fonction du généraliste menacée et l’État à rembourser des soins souvent inutiles”, a-t-il estimé, non sans souligner que pour retrouver l’équilibre, le ministère de la Santé et celui du Travail doivent se pencher sérieusement sur cette situation.


Samir LESLOUS

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2016/05/09/article.php?sid=195984&cid=2

Actualités : Santé
«La démographie des médecins généralistes est en déclin»

La baisse généralisée du nombre de médecins généralistes libéraux est une réalité avérée en Algérie. 

Dans sa communication donnée, vendredi dernier, lors de la 7e journée de formation médicale continue organisée par l’association Amejjay (Le médecin) de Tizi-Ouzou dont il est président, le Dr Assam alerte sur ce phénomène de désertification progressive qui suscite le malaise des concernés inquiétés par le reflux de plus en plus marqué de cette catégorie de praticiens qui ont donné ses lettres de noblesse à la notion de médecine de proximité et de famille.
«Rien qu’au niveau de la ville de Tizi-Ouzou, nous avons 150 spécialistes pour dix généralistes seulement», dira le Dr Assam qui s’alarme sur le déséquilibre très marqué dans la répartition de l’offre de soins en Algérie où le rôle du médecin généraliste est minoré. Et la situation ira en s’aggravant puisque le secteur libéral n’attire plus les nouveaux médecins généralistes qui préfèrent le confort du secteur public.
Pourtant, le rôle du praticien généraliste ne doit pas être négligé dans l’offre de santé ; «c’est à lui qu’échoit la décision dans l’orientation et la définition du parcours de soins de chaque malade ; c’est le médecin généraliste qui décide si le malade nécessite des soins spécialisés ou pas. Or, nous assistons à une situation paradoxale où des malades décident par eux mêmes ou sur conseil de leur entourage de consulter plusieurs spécialistes pour un simple mal de tête, par exemple. 
Le parcours thérapeutique est inefficace et génère des coûts onéreux pour les caisses de sécurité sociale et le budget des ménages», fera observer le conférencier qui interpelle les autorités sanitaires du pays sur l’urgence qu’il y a à réhabiliter le rôle du médecin généraliste dans le système de santé algérien, appelant à une remise en ordre, à une nouvelle organisation où le principe de complémentarité entre les soins primaires et secondaires ne soit pas négligé. «Or, une simple visite chez le médecin généraliste peut régler la plupart des motifs de consultation», fera observer le Dr Assam. 
«L’intervention des pouvoirs publics est nécessaire dans la mise en œuvre et l’élaboration d’une politique conventionnelle en partenariat avec tous les acteurs du parcours de soins. Il faut aller vers un système où l’avis du médecin généraliste doit être pris en compte dans le remboursement des frais médicaux par les caisses de sécurité sociale comme cela se fait dans certains pays où les frais médicaux ne sont remboursés que sur présentation d’une lettre d’orientation du médecin traitant, sauf dans certains cas nécessitant une consultation spécialisée comme en gynécologie, par exemple», nous confie le Dr Assam en marge de sa conférence qui fait partie du programme des communications portant sur des thèmes d’actualité médicale et d’urgence et traitant des problèmes de santé publique que le médecin doit connaitre pour prendre en charge ses patients a été élaboré par l’association Amejjay. 
Une association fondée en 2012, comptant près de deux cents adhérents et qui s’investit beaucoup dans le domaine de la formation continue des médecins généralistes. 
S. A. M.

Online bookmaker Romenia bet365